LA SOCIÉTÉ GÉNÉRALE CONFIRME SON RETRAIT DU PROJET GNL/GAZODUQ

La Société Générale s’est officiellement retirée du projet GNL Québec afin de limiter son implication dans la production de gaz de fracturation en Amérique du Nord. Le retrait de la Société Générale, banquier principal chargé du montage du syndicat bancaire du projet, démontre la non viabilité financière du projet d’exportation de gaz fossile, tout comme le retrait d’investisseurs depuis 2020 et le désaveu de partenaires.

Une alliance transatlantique se forme contre le projet GNL/Gazoduq au Canada et le projet LNG Stade en Allemagne

22 organisations allemandes et 18 canadiennes s’associent pour former une alliance transatlantique et exiger l’arrêt immédiat de deux grands projets de gaz naturel liquéfié (GNL), le projet GNL/Gazoduq en Amérique du Nord et le projet Hanseatic Energy Hub en Europe. Ces projets potentiels comme une « entrave majeure à la transition énergétique », une « bombe climatique » et une « honte nationale et internationale » pour les gouvernements qui refusent encore de leur fermer la porte.

L’effritement des éventuels appuis financiers à GNL Québec se poursuit

Il y a de nombreux signes d’un effritement du soutien financier pour GNL Québec, notamment la banque française Société générale, la conseillère financière de GNL Québec, qui aurait décidé de cesser de soutenir le projet afin de limiter son exposition à la production de gaz de fracturation.

Sérieux risque d’augmentation des émissions de GES pour GNL/Gazoduq, estiment les scientifiques d’Environnement et Changement climatique Canada

L’avis des scientifiques d’Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) va dans le même sens que les conclusions du BAPE, et souligne l’ajout net de GES qu’aurait le projet.

Avis défavorables de Pêches et Océans et de Parcs Canada : GNL Québec tente une diversion

Dans son avis, Parcs Canada se montre défavorable au projet en raison des importants risques qu’il poserait pour les bélugas, des impacts qu’il aurait sur les activités récréotouristiques et des risques qu’il entraînerait pour la sécurité des visiteurs du parc marin du Saguenay-St-Laurent. Un second avis final publié par Pêches et Océans Canada réitère que le projet pose d’importants risques pour les bélugas en raison des expositions accrues au bruit qui serait généré par le trafic de méthaniers dans l’habitat essentiel de cette espèce en voie de disparition. Selon les groupes environnementaux, il n’est pas anodin que la publication de ces deux avis coïncide avec une sortie de GNL Québec aujourd’hui alors que la gazière vise désespérément à sauver le projet.

Des organismes environnementaux exigent une plus grande transparence de la part du ministre de l’Environnement dans le projet Énergie Saguenay

Dans une lettre envoyée au ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) et faisant suite à une rencontre avec celui-ci, le Centre Québécois du droit de l’environnement (CQDE), la Coalition Fjord et les groupes environnementaux exigent la publication au registre des évaluations environnementales de tous les documents relatifs à l’analyse environnementale du projet d’usine de liquéfaction de GNL/Gazoduq, notamment les questions supplémentaires soumises par le MELCC à l’initiateur du projet.

La Caisse de dépôt et placement du Québec doit se retirer de tout projet éventuellement lié à GNL/Gazoduq

Les groupes citoyens et environnementaux et la coalition Sortons la Caisse du carbone dénoncent la participation financière de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) dans Fluxys, une entreprise belge qui serait l’investisseur désigné comme opérateur du projet d’usine de regazéification Hanseatic Energy Hub en Allemagne, avec qui GNL Québec a annoncé hier un « partenariat stratégique ».

Annonce GNL Québec-Hanseatic : un show de boucane transatlantique

Économistes, groupes citoyens et organisations environnementales tiennent à souligner que l’annonce de GNL Québec avec le projet de terminal allemand Hanseatic Energy Hub n’est rien de plus qu’un show de boucane transatlantique. Pour les groupes, l’annonce d’un « partenariat stratégique » aux contours flous et très exploratoire ne garantit rien en terme de contrat de vente ou d’approvisionnement, mais sert plutôt à mousser la promotion que font les deux promoteurs de leur projet auprès des autorités réglementaires, de leurs investisseurs et du public. De plus, cette annonce ne change rien au fait que si ce projet d’exportation de gaz de facturation voit le jour, ce serait une catastrophe pour le climat, les bélugas et le portefeuille des familles québécoises.

GNL Québec : Journée de manifestations et de pression sur les député.e.s de la CAQ au Saguenay

Afin de faire pression sur les député.e.s de la CAQ pour amener le gouvernement à rejeter le projet GNL Québec, l’Association Générale des Étudiantes et Étudiants du Cégep de Chicoutimi (AGEECC), l’Organisation militante populaire environnementale d’urgence (OMPEU), appuyés par la Coalition Fjord et Mères au front – Saguenay, se sont unis à l’occasion de manifestations simultanées, et ce, dans le cadre d’une journée d’actions organisée par la Coalition étudiante Arrêtons GNL aux quatre coins du Québec. 

La Coalition fjord n’accorde aucune crédibilité à la carboneutralité de Gazoduq

La Coalition fjord considère complètement ridicule l’affirmation de Gazoduq comme quoi les activités de l’entreprise seraient carboneutres. En plus de constituer une mauvaise utilisation de notre hydroélectricité, les réductions annoncés seraient de l’ordre de 0,75% des émissions totales estimées causés par le projet.

Conférences à venir en février

À mettre à votre agenda: plusieurs conférences, panel et webinaires auront lieu en ligne en ce mois de février! Ces événements vous renseigneront sur divers aspects du projet GNL/Gazoduq, tels que le positionnement des chercheur.e.s en environnement, les impacts économiques, les alternatives d’économie sociale ainsi que les impacts sur les écosystèmes marins.

Plus de 110 000 signatures contre GNL/ Gazoduq

Des groupes citoyens et des organismes environnementaux ont présenté aujourd’hui aux élu.es une pétition regroupant plus de 110 000 signatures contre GNL/Gazoduq à l’Assemblée nationale. Cette pétition, lancée au départ par les groupes citoyens de l’Abitibi-Témiscamingue et du Saguenay-Lac-Saint-Jean, prouve que le projet ne bénéficie d’aucune acceptabilité sociale.

Un sondage démontre la non-acceptabilité sociale du Québec sur le projet GNL/Gazoduq

Un sondage réalisé du 20 au 22 novembre 2020 par la firme Léger auprès de 1 000 répondants révèle que le projet GNL/Gazoduq n’a pas d’acceptabilité sociale au Québec. Le sondage révèle que près de la moitié (46%) des Québécois et Québécoises s’opposent au projet. L’opposition au financement public du projet est aussi grande : 54% des répondant.e.s se disent défavorables.

BAPE SUR GNL: UNE PARTICIPATION HISTORIQUE EXPOSE LES FAILLES D’UN PROJET DÉPASSÉ

Les consultations du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) concernant le projet d’usine de liquéfaction de gaz fossile au Saguenay se sont conclues mercredi. Au terme de ces audiences, 78 % des témoignages se sont prononcés en défaveur ou en opposition claire au projet, et on ne peut passer sous silence l’incroyable participation de la jeunesse québécoise. Les participant.e.s ont démontré qu’il s’agit d’un enjeu moral et les arguments du promoteurs on été démontés un à un.

Bilan de la semaine au BAPE de GNL/Gazoduq : 4 mythes entretenus par le promoteur démolis lors des audiences

Saguenay, 30 octobre 2020 – La première semaine du Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE) aura permis d’exposer le projet d’usine de liquéfaction pour ce qu’il est réellement: un éléphant blanc dangereux, polluant et qui produirait un gaz fossile dont presque personne ne voudra. Voici 4 mythes entretenus par le promoteur qui ont été démolis cette semaine.

La Chambre de commerce et Port Saguenay vont trop loin !

La Coalition Fjord est scandalisée par l’attitude irresponsable de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord, de Port Saguenay et du ministre Benoit Charrette suite à la pression pour le retrait d’un projet de création d’une aire marine protégée dans le fjord du Saguenay.

L’analyse économique du projet GNL/Gazoduq démontre des coûts importants pour la société québécoise

Les analyses économiques présentées aux audiences du BAPE démontrent que le projet GNL/Gazoduq engendrerait des coûts importants pour la société québécoise: doutes sur la rentabilité du projet, impacts sur l’industrie touristique et coûts collectifs en cas de faillite ou d’abandon.

La grande majorité des intervenant-es contre GNL/Gazoduq durant la première journée des séances du BAPE

À la première journée des audiences du BAPE, la grande majorité des intervenant-es est contre GNL/Gazoduq. Les GES, les impacts psychosociaux, les coûts collectifs, les impacts sur les mammifères marins et sur l’industrie touristique sont autant d’arguments présentés pour souligner la non-acceptabilité sociale du projet.

BAPE sur GNL/Gazoduq: des informations inquiétantes révélées malgré une piètre performance de la commission du BAPE

Bilan des audiences du BAPE: des informations inquiétantes ont été révélées quant aux impacts du projet sur la lutte aux changements climatiques, la biodiversité et les populations locales. Les groupes citoyens et les organismes environnementaux qui ont participé aux audiences du BAPE déplorent aussi la complaisance de la commission envers le promoteur et le manque d’expert.es indépendant.es pour répondre aux questions.