Des groupes demandent le rejet de tout futur projet lié au gaz naturel au Québec

Dans la foulée du rejet du projet de GNL Québec/Gazoduq, des militant-e-s se sont mobilisés ce matin devant le consulat allemand à Montréal en solidarité avec l’action de désobéissance civile de masse qui a présentement lieu en Allemagne contre le gaz fossile mené par le groupe Ende Geläende. Ils exigent que le gouvernement Legault ferme la porte à tout futur et potentiel projet d’exploitation, d’importation ou d’exportation de gaz dans la province. #ShaleMustFall

Pas d’autorisation pour GNL Québec : soulagement et satisfaction

Saguenay, mercredi le 21 juillet 2021 – La Coalition Fjord accueille avec soulagement et satisfaction l’annonce du gouvernement du Québec de ne pas autoriser le projet de GNL/Gazoduq. Après une mobilisation sans précédent et un rapport du BAPE dévastateur, il est réjouissant que le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques,Lire la suite « Pas d’autorisation pour GNL Québec : soulagement et satisfaction »

LA SOCIÉTÉ GÉNÉRALE CONFIRME SON RETRAIT DU PROJET GNL/GAZODUQ

La Société Générale s’est officiellement retirée du projet GNL Québec afin de limiter son implication dans la production de gaz de fracturation en Amérique du Nord. Le retrait de la Société Générale, banquier principal chargé du montage du syndicat bancaire du projet, démontre la non viabilité financière du projet d’exportation de gaz fossile, tout comme le retrait d’investisseurs depuis 2020 et le désaveu de partenaires.

Une alliance transatlantique se forme contre le projet GNL/Gazoduq au Canada et le projet LNG Stade en Allemagne

22 organisations allemandes et 18 canadiennes s’associent pour former une alliance transatlantique et exiger l’arrêt immédiat de deux grands projets de gaz naturel liquéfié (GNL), le projet GNL/Gazoduq en Amérique du Nord et le projet Hanseatic Energy Hub en Europe. Ces projets potentiels comme une « entrave majeure à la transition énergétique », une « bombe climatique » et une « honte nationale et internationale » pour les gouvernements qui refusent encore de leur fermer la porte.